Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie.

Aujourd’hui, les sociétés libres sont menacées par l’islamisme, qui se réfère à un homme nommé Muhammad Abdullah ayant vécu au VIIe siècle, et considéré comme un prophète.(…) Il existe un mouvement islamiste qui rejette les libertés démocratiques et fait tout pour les détruire. Ces islamistes cherchent à convaincre que leur façon de vivre est la meilleure.

Quand ceux qui s’opposent à l’islamisme dénoncent les aspects fallacieux des enseignements de Mahomet, on les accuse d’être offensants, blasphématoires, irresponsables – voire islamophobes ou racistes.

Je pense que le Prophète a eu tort de se placer, lui et ses idées, au-dessus de toute pensée critique. Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de subordonner les femmes aux hommes. Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de décréter qu’il fallait assassiner les homosexuels. Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de dire qu’il fallait tuer les apostats. Il avait tort de dire que les adultères doivent être fouettés et lapidés, et que les voleurs doivent avoir les mains coupées. Il avait tort de dire que ceux qui meurent pour la cause d’Allah iront au paradis. Il avait tort de prétendre qu’une société juste pouvait être bâtie sur ses idées. (…)
Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie. Exiger que les hommes et les femmes qui n’acceptent pas l’enseignement du Prophète s’abstiennent de le dessiner, ce n’est pas une demande de respect, c’est une demande de soumission.[lire le texte intégral]

Advertisements
Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie.
%d blogueurs aiment cette page :